ESCLAVAGE EN LIBYE: VERS LA FIN DE L’HORREUR ?

En novembre 2017, CNN diffusait des images montrant des scènes d’esclavage d’hommes africains en Libye. En raison de ce reportage, Emmanuel Macron, avec l’aide de 8 autres pays a décidé de lancer des opérations d’évacuation d’urgence. Depuis, 13.000 africains ont été évacués et la fin du calvaire semble proche.

Des milliers d’immigrants privés de liberté. Crédit : Radio-Canada.ca

Tout d’abord, la Commission de l’Union africaine (UA) a assuré depuis le lundi 29 janvier 2018, le rapatriement de 13.000 africains. « Nous recevons des migrants jour par jour (…) les deux-tiers sont déjà rapatriés, et le processus continue » a affirmé, Moussa Faki, président de l’UA lors d’un sommet en Éthiopie.

De plus, 9 pays dont la France ont décidé de mener des opérations d’évacuation d’urgence. Emmanuel Macron a initié une réunion d’urgence, le 29 novembre 2017, à laquelle ont participé l’UE, l’UA, l’ONU, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Tchad, le Niger, la Libye, le Maroc et le Congo.

DES TEMOIGNAGES GLACANT

A travers le reportage de CNN, ce qui choquent sont les conditions dans lesquelles ils vivent. Ils ont été mutilés, vendus et tués comme du bétail. « Si vous regardez les corps de la plupart des personnes ici, vous verrez des marques de mutilation […] ils enfonçaient mêmes des objets pointus dans votre anus » explique un rescapé au micro de la correspondante Nima Elbagir (Source : RTL.fr)

Le vendredi 9 février 2018, l’émission Le Quotidien avec Yann Barthès a diffusé un reportage dans lequel Martin Weill est allé à la rencontre des esclaves sénégalais de Libye. Un reportage de 7min qui mérite vivement d’être regardé.

Exemples de témoignages :

« Je suis un resté un an et dix mois […] Ils ont tué un frère sénégalais devant moi […] parce qu’ils nous ont obligé à aller travailler et on a refusé, un libyen a pris un fusil et a tiré deux fois […] il est mort ».

« Moi je suis sénégalais […] On a tué un frère ivoirien sous mes yeux. On lui a donné un téléphone. Quand ils font ça, ils te disent t’appeler tes parents pour qu’ils envoient de l’argent. Si tu appelles et personne ne décroche, tu es un homme mort. Si quelqu’un répond, ils te frappent pour que ta famille entende comment tu souffres. Ils te tirent dans les pieds pour te faire crier pour que ta famille réagisse et envoie de l’argent. »

Le plus remarquable est le fait que des africains…vendent d’autres africains à des africains pour un prix dérisoire de 457 euros. « Ce qui se passe là-bas c’est atroce » explique un migrant qui avait été vendu à un malien. Espérons que cela cesse le plus vite possible. L’Afrique mérite une meilleure publicité que celle-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.