PSG: UNE DÉFAITE QUI COÛTE CHER

Le PSG s’est incliné hier (1-2) lors du match retour des huitièmes de finale de la Ligue de Champions face au Real Madrid. Le club parisien, privé de Neymar, n’a pas montré grand-chose face aux madrilènes. Apparemment, les dépenses estivales  du club n’ont pas encore réussi à faire de Paris, un « grand » d’Europe.

Hier soir, le Paris Saint-Germain accueillait le Real Madrid au Parc des Princes pour le retour des huitièmes de finales de la Ligue des Champions. Après s’être inclinés 3-1 au Santiago Bernabeu, les parisiens étaient contraints à l’exploit. Il leur fallait gagner par deux buts d’écarts sans en prendre un.

Dès l’ouverture du score de Cristiano Ronaldo (51e), la mission s’est corsée pour Paris. Marco Verratti, s’est fait expulser (66e) laissant les parisiens à 10 contre 11. Cavani a redonné de l’espoir à ses coéquipiers en égalisant à la 71e minute.

cristiano-ronaldo-y-marco-verratti-luchan-por-un-balon-en-el-psg-real-madrid-afp
Cristiano Ronaldo (gauche) et Marco Verratti (droite) © Ebène Sport

Casemiro, élimine le PSG sur une passe de Cristiano Ronaldo à 10 minutes de la fin du match. Paris se voit sortir de la Ligue des Champions précocement, encore une fois. Le Real Madrid était soudé défensivement et bien en place tandis que les parisiens ont souvent manqué de lucidité offensive comme défensive.

400 MILLIONS POUR CA

Les fans et les détraqueurs du club ont tout de suite pointer du doigt les 222 millions pour Neymar et 180 millions d’euros pour Kylian Mbappé dépensés cet été. 402 millions pour une élimination en 8e de finale de la Ligue des Champions, ça fait grincer des dents alors que le club visait au minimum les demi-finales cette année.

Où est le problème ? Les stars sont trop favorisées au club ? Un président trop proche des joueurs ? La culture de la gagne peine à s’installer au niveau européen. La cause se cache peut-être dans le faible niveau du championnat français pour le PSG.

Néanmoins, cette défaite remet en question de nombreuses choses et des départs sont à anticiper cet été dont celui de l’entraineur, Unay Emery. Venu au club pour lui faire passer un cap, il est clair qu’il n’en a pas été « cap ».

Publicités