UN CONVOI REPORTÉ, UNE GHOUTA BOMBARDÉE, UNE SYRIE ÉPUISÉE

Si le conflit syrien fait rage depuis 2011, la Ghouta orientale subit des bombardements depuis plusieurs semaines. Les civils se battent quotidiennement pour survivre puisque les secours n’ont plus accès à la région pour leur venir en aide.

 

1102425-vue-de-destructions-dans-la-ville-de-douma-dans-la-partie-rebelle-de-la-ghouta-orientale-pres-de-dam.jpg
La Ghouta sous les bombardements. © Libération

Syrien pour vous, mais c’est beaucoup pour eux. Le convoi humanitaire prévu ce jeudi dans la Ghouta orientale « est reporté », a déclaré Ingy Sedky. Pour la porte parole du Comité international de la Croix-Rouge  (CICR), la situation sur les lieux « ne nous permet pas de mener l’opération à bien ». Toujours sous le feu du régime de Damas, le convoi devait venir en aide aux nombreuses victimes civiles de la région. Lundi déjà, un premier avait dû écourter sa mission, étant donné les intenses bombardements rendant l’accès impossible.  Les quelques 40 camions n’ont pu atteindre Douma, la plus grande ville de la Ghouta.

LA GOUTHA A BOUT DE SOUFFLE

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des raids aériens des régimes syrien et russe ont provoqué plusieurs dizaines de cas de suffocation. Des médecins basés dans la région de la Ghouta orientale assurent «  qu’au moins 29 patients présentaient des symptômes d’exposition au gaz de chlore ».  Des attaques  chimiques réfutées par Bachar Al-Assad qu’il juge « irréalistes ». Pourtant le bilan est là : en plus des nombreux morts et blessés, les 400 000 survivants subissent des pénuries de nourritures et de médicaments. Une situation qui révolte la scène politique internationale dont Washington et Paris.

LE BOUT DU TUNNEL ?

Malgré la tentative du Conseil de Sécurité de l’ONU d’obtenir un cessez le feu de 30 jours, la trêve est un échec. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) annonce des chiffres macabres. Depuis le 18 février, plus de 900 civils ont été tués. Près d’un quart étaient des enfants. De son côté, Bachar Al-Assad a reconquis plus de la moitié de l’enclave rebelle à tout juste 20 kilomètres de Damas. L’étau se ressert ainsi sur le dernier fief des insurgés après la prise de Beit Sawa et d’Al-Achaari dans le centre de la Ghouta. Un premier pas vers la victoire pour Bachar Al-Assad ? À suivre…

Publicités