LA JUSTICE TRAQUE NICOLAS SARKOZY: ROUND 5

Mardi matin, Nicolas Sarkozy a été entendu dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre, concernant le possible financement illicite de sa campagne de 2007. L’ancien Président de la République est une nouvelle fois dans la ligne de mire de la justice, pour une affaire qui se terminera sans doute comme les nombreuses autres… par un non lieu.

Nicolas-Sarkozy-en-garde-a-vue-dans-l-enquete-sur-le-financement-libyen-de-la-campagne-de-2007

Nicolas Sarkozy © Le JDD

Et une de plus. Après avoir été poursuivi en justice pour financement illégal de campagne électorale dans le cadre de l’affaire Bygmalion, mis en examen pour corruption, trafic d’influence et recel de violation du secret professionnel dans le dossier “Paul Bismuth”. L’ancien président aux multiples casseroles a été placé une nouvelle fois en garde à vue mardi matin, par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre. Nicolas Sarkozy, devenu la véritable bête noire de la justice depuis la fin de son mandat, est interrogé cette fois sur les soupçons de financement libyen de sa campagne électorale de 2007.

DE KADHAFI À SARKOZY

Nicolas Sarkozy -et certains de ses collaborateurs- sont soupçonnés d’avoir perçu près de 50 millions d’euros en provenance de Libye pour le financement de la campagne électorale de 2007. Une enquête a été ouverte après que le site Mediapart ait publié un document libyen faisant état d’un financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de la campagne. Le témoin clef de cette affaire est Takieddine. L’homme d’affaire franco-libanais aurait servi d’intermédiaire entre Kadhafi et Sarkozy. Il affirme notamment avoir transporté près de 5 millions d’euros en liquide de Tripoli à Paris, entre fin 2006 et début 2007 avant de remettre ces sommes à Claude Guéant, lui même chargé de les remettre à Nicolas Sarkozy.

SARKOZY FACE À SES ACTES

Le quotidien Le Monde annonce que c’est « la première fois que Nicolas Sarkozy est entendu à ce sujet depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013 ». La garde à vue de l’ancien président pourrait durer jusqu’à 48h.
Toutefois, Nicolas Sarkozy n’a pas été arrêté brutalement ce matin mais convoqué, ainsi il a pu préparer cette entretien avec son avocat, en bonne et due forme.

Menée par le juge d’instruction du pole financier de Paris, Serge Tournaire, cette affaire ne concerne pas seulement l’ancien chef d’État; Brice Hortefeux est également entendu en audition libre. L’homme d’affaires Alexandre Djouhri, présenté comme un autre intermédiaire a été arrêté en janvier à Londres et est actuellement placé en détention.

Les jours suivants permettront de déterminer l’avenir de Nicolas Sarkozy, aujourd’hui pleins de doutes et très incertain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.