TRANSPORTS PARISIEN: COMBIEN COÛTE LA GRATUITÉ ?

Anne Hidalgo, maire de Paris a annoncé qu’une étude économique sera lancée cet été. Elle permettra non seulement d’avoir des précisions sur le coût de la gratuité des transports à Paris mais aussi, de fixer un débat pour les élections municipales de 2020. En effet, une gratuité c’est bien mais une gratuité c’est cher.

« Vers l’infini et 2020 ! » Lundi, Anne Hidalgo, maire PS de la capitale, s’est exprimé dans un entretien aux Échos : « La question de la gratuité des transports est une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale ». Dans un autre communiqué elle précise « J’ai décidé de charger trois de mes adjoints de conduire une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers ».

Paris transports gratuits
Station de la gare Montparnasse à Paris © Le Parisien

Qui dit gratuité des transports, dit trouver des financements pour faire fonctionner le réseau. Cette étude vient s’ajouter au vote, cette semaine, du Conseil de Paris sur la gratuité du passe Navigo. Elle sera applicable cette année pour les plus de 65 ans. Ces derniers ne doivent pas gagner plus de 2.200 euros de revenus individuellement et 3.400 euros en couple pour être éligibles. La maire de Paris avait annoncé en début d’année que cela représentait 200.000 habitants.

Le budget d’Ile-de-France Mobilité est de 10 milliards par an. Les particuliers participent à 28% soit 2.8 milliards d’euros. Les entreprises de plus de 10 personnes apportent 60% en plus de déjà rembourser la moitié du pass Navigo de leur employés. Une question se pose, qui va contribuer au reste ? De plus, la gratuité pour les +65 ans coutera 12 millions d’euros à la Ville de Paris. Cet argent sera destiné à IDF-Mobilité qui s’occupe de la délivrance des pass de transport.

DES EXEMPLES INTERNATIONAUX

Paris veut surfer sur la vague de ces villes qui ont déjà appliqué la gratuité des transports. En Allemagne, le gouvernement a proposé en février, la gratuité des transports afin de lutter contre la pollution dans les villes.

Tallinn, capitale d’Estonie, propose des transports gratuits depuis 2013. En revanche, en termes de taille, Tallinn est une petite agglomération, très loin de celle de Paris. Les enjeux ne sont pas les mêmes.

Niort, dispose de bus en libre accès depuis septembre 2017. Avec 45 communes, la ville comptabilise 120 000 habitants. C’est la plus grosse agglomération à proposer ce type de service devant Compiègne et Aubagne. Une gratuité qui n’est pourtant pas viable partout. D’ailleurs la métropole de Seattle, aux Etats-Unis, a abandonné cette mesure.

OUI MAIS…

« Je ne prétends pas que le modèle gratuit est viable partout » explique le maire de Niort. Le versement transport (VT) rapporte à la ville 15 millions alors que son contrat avec la société Transdev est de 12 millions.

Pour Paris, il faudrait, selon Valérie Pécresse « éviter une inégalité entre les Parisiens et les habitants des banlieues ». A cela elle ajoute « la vente des tickets ça rapporte 3 millions d’euros chaque année à IDF Mobilités et si ce n’est pas les voyageurs qui payent, ce sera les contribuables d’une manière ou d’une autre ».

Ce qui est sûr c’est qu’il faudra dépenser pour avoir cette gratuité.

Publicités