ANT-MAN ET LA GUÊPE : DU DEADPOOL SANS HÉMOGLOBINE

Ant-Man et La Guêpe est le 20e film de l’univers cinématographique Marvel et le 8e de la phase III. Entre fou-rires, courses-poursuites et combats, le dernier bébé de Peyton Reed nous fait oublier qu’il dure un peu plus de deux heures. 

« Ce n’est pas la taille qui compte…quoique… » ! Voici une phrase que l’on pourrait bien créditer à notre héros, Scott Lang. Dans cette suite, on le retrouve privé de son costume suite aux événements de Civil War. Tentant de retrouver une vie normale, il passe le plus clair de son temps à jouer avec sa fille tout en essayant de gagner sa vie honnêtement. C’était sans compter sur Hope van Dyne (La Guêpe) et son père Hank Pym qui lui propose une nouvelle mission. C’est ainsi que notre héros se retrouve embarquer dans une nouvelle aventure durant laquelle il fera équipe avec la Guêpe.

MEME SAUCE MAIS MEILLEUR PLAT

Ant-Man 2 fait fortement penser à Deadpool sans pour autant choquer le jeune public. No sex, no blood et aucune ou très très peu de vulgarité. On y retrouve donc les mêmes ingrédients qui ont fait du premier un succès. Beaucoup d’humour, de l’action, un Paul Rudd qui a parfaitement compris qui était Scott Lang, une Guêpe plus que jamais baddass et deux méchants aux ambitions bien différentes. D’ailleurs l’interprète de Sonny Burch, Walton Goggins, est ici bien plus crédible que dans son rôle de « villain » dans le dernier Tomb Raider.

tumblr_p97iivWuxP1tr0o9mo1_640

Ghost © nomoremutants

Quant à  Ghost, son apparition et les effets spéciaux qui l’accompagne tout au long du film sont gérés à la perfection. On peut en dire de même pour tout le reste du long métrage. La réalisation est superbe. Les changements de taille et donc de perspective sont maîtrisés et contrairement à ce que l’on pourrait croire, aucune nausée n’est à signaler.

Et le scénario dans tout ça ? Ant-Man et la Guêpe reste malgré tout un Marvel. Les habitués du genre « super-héros » pourront anticiper le scénario tant il y a peu de surprises de ce côté-là. En revanche, il est bien de noter que l’on apprend un peu plus sur le passé de certains personnages. Ceci apporte une touche à la fois psychologique et sentimentale non-négligeable pour ce genre de production. On s’attache mais ce n’est pas le coup de foudre non plus.

1561282-evangeline-lilly-paul-rudd-ant

Evangeline Lilly & Paul Rudd © Marvel / Disney

Dans tous les cas, les productions Marvel ne sont pas des films d’auteurs et donc chipoter, ne serait qu’une perte de temps. On remarque avec plaisir la grande place que la femme occupe dans ce 20e film de l’univers Marvel. Evangeline Lilly vole la vedette à Paul Rudd si souvent qu’ils auraient pu (ou dû) l’appeler « La Guêpe et Ant-Man ».

Enfin, si vous allez le voir, n’oubliez pas les deux scènes post-crédit. Restez bien assis jusqu’au bout.

Bon film !

Publicités