NBA : CES JOUEURS QUI NE MÉRITENT PAS LEUR SALAIRE

En NBA, il y a de bons joueurs bien payés. Il y a aussi des joueurs moyens qui pourraient être mieux payés. On trouve aussi des basketteurs qui reçoivent un salaire à leur juste valeur. Enfin, il y a ceux qui brassent des millions sans prouver sur le terrain qu’ils les méritent.

Nombreux sont ces joueurs payés des dizaines de millions de dollars par an. On ne va pas crier au scandale, mais plutôt remercier l’année 2016. Cette fameuse saison où les revenus de la ligue ont augmentés de telle façon que les joueurs sont devenus plus riches.

De toutes les façons, un contrat c’est un contrat. On ne va pas blâmer ces athlètes parce qu’ils ont dit oui à $100 millions sur 5 ans. Non ! On les indexe parce qu’ils ne jouent pas au niveau attendu par ces $100 millions. Vous vous voyez acheter une Ferrai Enzo qui roule comme une 306 ? Non ! Pourtant, il y a des joueurs qui touchent des salaires énormes sans pour autant jouer au niveau attendu. Un joueur gagnant de l’argent comme une superstar, se doit de jouer comme une superstar, n’est-ce pas ?

Voici donc une petite liste de ces basketteurs payés trop cher. (On se limitera aux joueurs touchant plus de $20 millions par an).

Les chiffres ont tous été arrondis pour faciliter la lecture.

CHERS PAYÉS POUR RIEN

Nicolas Batum, Charlotte Hornets

Avec 3 ans restant sur son contrat pour $77 millions de dollars et une player option pour 2020-2021, Nicolas Batum est un problème pour les Hornets. Le français était censé être le second de Kemba Walker mais n’a jamais vraiment excellé dans ce rôle.

cbfdb4dcef5e2bb5db6f151e079a1d3d

Nicolas Batum © Yahoo! Actualités

Arrivé à Charlotte en 2015, sa moyenne de points par match est en chute libre depuis la saison 2016-2017. Il est passé de 15 points par match à 12 pour avoisiner les 9 cette saison. Difficile de croire qu’il touche $24 millions cette année pour moins de 10 points par rencontre en 30 minutes de jeu.

De plus, il est 10e dans l’équipe (derrière Cody Zeller) en ce qui concerne les actions qu’il termine par un tir, un lay-up ou même une perte de balle. Près de $25 millions pour ce genre de performances…c’est compliqué à défendre.

Otto Porter, Washington Wizards

Otto Porter est un bon joueur, mais pas assez pour gagner $26 millions cette année. Cette saison, il tourne en dessous à 35% à 3pts, loin de ses 44% de l’an dernier. Sa moyenne de point en perd deux pour passer à 12 par match avec 30 minutes de temps de jeu.

OttoporterDMVSN

Otto Porter © DMV Sports Network

Avec John Wall et Bradley Beal, il est clair qu’il n’a pas besoin de prendre 20 tirs par nuit. Le bémol est qu’il n’en a pris que 10 lors des 12 premiers matchs de la saison. Ce n’est pas très productif tout ça !

Il reste à Otto Porter, $81 millions sur les trois prochaines années et une player option en 2020-2021. Il a tout intérêt à se réveiller sinon les critiques risquent de pleuvoir toute l’année et les portes du banc de touche peuvent s’ouvrir à lui.

Gordon Hayward, Boston Celtics

Trois ans et $98 millions de dollars et une player option en 2020-2021. Gordon Hayward, c’est un autre problème. Il revient de blessure et n’a pas joué de toute la saison dernière. Depuis son retour, les Celtics s’en tirent pas trop mal sans être flamboyants. Il faudra attendre la saison prochaine pour voir le vrai niveau de Gordon Hayward avec son max contract.

20180529_hayward

Gordon Hayward

Cette saison il tourne à 10 points par match pour 26 minutes de temps de jeu. Il est encore loin de sa dernière année à Utah : 22 points par match en 35 minutes.

Andrew Wiggins, Minnesota Timberwolves

Andrew Wiggins n’a jamais joué comme la future superstar qu’il aurait dû être. Le 24 novembre dernier, Andrew Wiggins finissait son match face aux Bulls de Chicago avec 0-12 aux tirs. Zéro sur douze pour $26 millions la saison. Signée récemment, son extension de contrat lui fera gagner $148 millions sur les cinq prochaines années.

hi-res-d7e8b73c198226754ef51d11d7c02ea1_crop_north

Andrew Wiggins © Jim Jones / Associated Press

À 3pts ? Il tourne sous les 35%. En terme de pourcentage, il est, avec 29, le 99e sur les 101 joueurs ayant au moins joué trois matchs et tenté trois pull-up ou plus. Les dirigeants des Wolves doivent regretter leur choix et risquent d’être coincés avec AW pour un bon petit moment.

Source : Dan Favale, NBA.COM, Basketball Reference

Publicités